Friday, January 15, 2016

Le 24 janvier, un petit bout de boue et quelques gouttes de sang

  Par Lionel Trouillot
Antoine Lyonel Trouillot
Si vient le jour de la honte, de ta cour ou de ton balcon n’oublie pas de « battre les ténèbres ». N’oublie pas non plus de suspendre un morceau de drap noir à ta porte ou à ta fenêtre.

Laisse Martelly-Conzé, Opont-Conzé et quelques malheureux dévoyés par la précarité aller seuls bourrer les urnes au plaisir de « l’international ».. Les partis politiques haïtiens ont dit non. Les observateurs haïtiens ont dit non. Les églises, du moins en partie, ont dit non. Mais qu’importent leurs voix. « L’international » a décidé qu’ici, les « élections » pouvaient n’être qu’un mot. Ce n’est pas un peuple, c’est un troupeau. Il suffit de lui pondre ou de lui cracher dans la gueule quelque chose de sale, un petit bout de boue aux senteurs racistes et hégémoniques. Puis, les maîtres de la parole appelleront ça « des élections ».

Mais même quand Martelly-Conzé, Opont-Conzé et leurs maîtres et complices parviendraient (ils n’ont pas encore gagné) à nous imposer leur farce macabre le 24 janvier, symboliquement, dans notre histoire, ce ne sera jamais rien qu’un petit bout de boue.

Même quand ils auraient auront l’outrecuidance de faire passer le mensonge pour la vérité, le passé pour l’avenir, la honte pour un triomphe, ce ne sera jamais dans le temps long de notre histoire qu’un peu de boue de plus jetée sur nous. Ce n’est pas le premier. Comme les fois précédentes, n’’oublie pas de laver ta devanture. N’oublie pas la senteur du basilic et de l’ilang-ilang. N’oublie pas les photos de Bobo, de Péralte. N’oublie pas que tu as dans ta mémoire, dans ton vécu, de quoi laver la boue. La boue, seuls ceux qui l’ont semée en portent l’odeur pour toujours. Martelly-Conzé, Opont-Conzé, ni les services de sécurité, ni le montant de leur trahison, rien ne les lavera. Quant aux fonctionnaires étrangers, ils seront en poste ailleurs. Et peut-être que l’un deux, à l’âge de la retraite, sera le prochain Seintenfus et rédigera ses confessions.

N’oublie pas. Et prépare toi. Prépare-toi. Car si Jovenel Moïse accepte en solitaire la banane qui assimile l’homme au singe, pour imposer son pouvoir « démocratique », il devra avoir recours à la répression. Et tu résisteras. Et plus tu résisteras, plus il aura recours à la répression. Et sans doute, un jour, son pouvoir finira par te tirer dessus « démocratiquement». S’ajouteront alors à la boue quelques gouttes de ton sang. Car tous ceux qui soutiennent cette mascarade ont parié sur ta lâcheté. Ils se disent que tu te laisseras faire. Ou pire. Ils se disent qu’ils t’imposeront par la force le candidat qu’ils auront « démocratiquement » élu.

Tous ceux qui appuient ce processus infect sont les auteurs intellectuels des affrontements à venir. Voilà ce qu’Opont-Conzé, Martelly-Conzé et leurs maîtres et complices te proposeront le 24 janvier : un peu de boue sur tes éphémérides. Et au moins, à verser, quelques gouttes de ton sang. Si tu les laisses gagner.



Antoine Lyonel Trouillot zomangay@hotmail.com
via Le Nouvelliste

Post a Comment