Saturday, February 24, 2007

A l'origine du pont de la Grand'Anse

02-25-07
A l'origine du pont de la Grand'Anse...
par : Herve Gilbert hergil55@yahoo.com

La route sud'ouest  reliant Jérémie et le reste de la Grand'Anse ( Marfranc aux Irois, Gébeau, Latibolière, Prévilé), était coupée vers les années 1935, suite à l'effondrement du pont sur la rivière et du débordement du fleuve de la Grand'Anse durant le passage de l'ouragan de 1935 qui avait sévèrement causé une grande inondation et des pertes en vies humaines. Le reste de la Grand'Anse resta isolée pendant plus d'une décennie. Carrefour Bac qui représentait un point de jonction menant au sud'ouest, était également inondé.

Vue de la rade de Jérémie
Cependant, l'une de nos deux fermes de famille « Gébeau », située à 4 kilomètres de la ville se trouvait aussi dans cette région, que l'on nommait le Carrefour Bac  Pour aller à ces fermes familiales de Gébeau, mon père et ma mère ainsi que certains d'entre nous les enfants empruntaient assez souvent cette route du Carrefour Bac. Alors mes parents profitaient de ces périples pour nous évoquer et décrire l'endroit où les gens utilisaient cette grande barge au Carrefour Bac construite et utilisée un bon bout de temps par les gens après l'inondation pour la traversée de la rivière en allant et venant. Mais moi je n'ai jamais imaginé à quoi cela se ressemblait jusqu' à maintenant, puisque je n'étais pas encore né et je n'ai jamais vu la photo de cette grande péniche.
 Une vue de la Cathédrale Saint-Louis 
Mais l'une de mes soeurs, Marlène, en voyant la photo, se souvient encore de cette barge qui assurait la liaison de chaque côté de la rivière dans les années 1949  . Grâce au gouvernement progressiste de Dumarsais Estimé, Jérémie  a pu bénéficier finalement de la construction d'un pont supendu sur la rivière de la Grand'Anse, lequel relie encore Jérémie au reste de la Grand'Anse. Et c'est avec plaisir que je vous invite  à lire la suite de cette histoire pathétique qui nous a été transmise par l'un des fils de la Grand'Anse.


Très chers amis de Haiti d'Outre-Mer,

Bac de la Grand'Anse en 1949, photo historique de Paul Couba
Je tiens à partager avec vous tous le souvenir du Bac sur lequel  nous avons tous, ou presque, traversé la Grand'Anse. Vous remarquerez que la photo est signée de Paul Couba qui a photographié nos parents et tous les Jérémiens de notre génération.


Le pont Estimé qui l'a remplacé a été inauguré en 1950, et les Jérémiens de moins de 50 ans n'en ont jamais entendu parler, n'en ont jamais vu une photo, n'ont jamais entendu parler de l'inondation de 1935 qui emporta à la mer l'ancien pont en fer construit sous la présidence de Hyppolite et plusieurs milliers de cadavres.

Je lisais récemment une brochure d'Elie Lestage, qui avait été sénateur sous  la présidence de Sténio Vincent, dans laquelle l'auteur relatait une conversation qu'il avait eue sur le bac avec Vincent. M. Lestage raconte qu'en revenant d'un voyage à Jérémie, Vincent lui a dit, sans état d'âme, qu'il ne comprenait absolument pas l'obstination des Jérémiens à vouloir démolir le bac pour le remplacer par un pont. Cette remarque aurait pu être amusante si elle n'émanait pas du président lui-même.

J'étais en congé aux Abricots au début de l'année 1960 quand le préfet de Jérémie, Me Élie Legagneur,  vint y passer quelques jours. Un matin, il était assis avec quelques amis sous une choucounette balayée par une douce brise de mer et qui tenait lieu de salle de classe. Le décor de cette salle de classe plantée dans un environnement qui, dans tout pays à vocation touristique, aurait été le coeur d'une station balnéaire lui rappela le mot célèbre de Vincent posant les pieds sur le "bac" de Jérémie en 1938:

Il a fallu que je vinsse jusqu'à Jérémie pour voir un tel panorama: des centaines de bouquets de fleurs; des milliers d'arbres courbés sous le poids de leurs fruits délicieux; une nature luxuriante, des centaines d'enfants au sourire innocent et insouciant. Une barge imposante glissant paresseusement sur les eaux cristallines d'un fleuve majestueux..."


Le pont de la Grand'Anse, il a été bâti par le
 gouvernemennt de Durmasais Estimé
Devant la mauvaise foi manifeste du chef de l'État, qui s'attendait bien à ce que la population encore traumatisée par le choc de l'inondation qui avait fait des milliers de morts, le maire de la ville biffa le passage du discours de bienvenue dans lequel il allait solliciter la contruction d'un nouveau pont.



Mon père, feu Annibal Cavé qui était alors membre de la commission communale de Jérémie, me raconta que le lendemain Vincent était accueilli à Moron par le maire Joe Bélizaire, (le père de Gérald et de Roger),  qui fit un très beau discours. Joe était alors candidat aux élections législatives en cours. Pendant qu'il débitait le passage le plus éloquent de son discours, un de ses amis se pencha vers le président et lui chuchota à l'oreille : "Cest lui le candidat à la députation. Nous devrions l'appuyer." Vincent lui répondit du même souffle : "Tu blagues. Trop instruit. Il ira vite grossir les rangs de l'opposition."


Avec mon plus cordial salut
Eddy Cavé
Un remerciements spécial à Arnhile Bontemps qui a eu l'amabilité de nous transmettre le texte d' Eddy  ainsi que la photo de la barge.
Herve Gilbert


Une vue du bateau Trois Rivières sur le wraff de Jérémie
Vue partielle de la place Dumas










Post a Comment