Friday, March 3, 2017

L'ancien président haïtien René Préval est mort

René Préval
17 janvier 1943 - 3 mars 2017
L’ancien président haïtien René Préval est mort ce vendredi 3 mars d’un accident cardio-vasculaire à l’âge de 74 ans, a annoncé l’actuel président, Jovenel Moïse. « J’ai appris avec émoi le décès de l’ancien président René Préval. Je me prosterne devant la dépouille de ce digne fils d’Haïti», a-t-il écrit sur son compte Twitter. « Mon frère, mon ami, mon conseiller, ton départ nous laisse sous le choc », a également réagi son successeur en mai 2011, Michel Martelly. Divorcé et remarié, M. Préval était père de deux filles et un fils.


René Préval a dirigé Haïti  durant deux mandats, entre 1996 et 2001, puis de 2006 à 2011, seul dirigeant depuis la fin de la dictature duvaliériste, en 1986, à avoir  achevé ses deux mandats, la limite imposée par la Constitution, sans  subir de coup d’Etat ni avoir à partir en exil.

C’est lui qui était à la tête du pays lors du terrible tremblement de terre qui a tué plus de 220 000 personnes le 12 janvier 2010, et M. Préval avait achevé son mandat sans bénéficier  d’une grande popularité, les habitants lui reprochant notamment son manque de leadership au lendemain du séisme.

Agronome de  formation, cet élu de gauche a été en 1991 le premier ministre  du leader charismatique Jean-Bertrand Aristide, avant d’être renversé sept mois plus tard par un coup d’Etat militaire.

Exilé en 1963
Né le 17 janvier 1943, fils d’un ancien ministre, M. Préval, surnommé « Ti René » par les Haïtiens en raison de sa petite taille, parlait, outre les deux langues officielles haïtiennes (français et créole), l’anglais et l’espagnol.

Exilé avec sa famille en 1963, René Préval, serveur dans des restaurants aux Etats-Unis dans les années 1970, était revenu dix ans plus tard en Haïti pour y  ouvrir  une boulangerie. Puis, en 1986, après la chute de la dictature de la  famille  Duvalier en 1986, il a activement milité dans les organisations populaires et les organismes de  défense  des droits de l’homme. Il s’est lié d’amitié avec le fondateur du mouvement La famille, "Ce Lavi", le prêtre Jean-Bertrand Aristide, qui le considère comme son « frère jumeau ».

En 1996, de retour des Etats-Unis, il est devenu à son tour président. Lors de son mandat, il a construit des routes, inauguré des places et distribué du matériel scolaire dans les écoles. Il a finalement remis le pouvoir à Aristide en 2001, élu au premier tour d’une élection controversée et boycottée par l’opposition. René Préval a alors pris ses distances avec l’ancien prêtre.
Marqué par le séisme
Réélu président en 2006, il ne parvient pas à juguler  l’aggravation de la crise économique du pays qui enregistre, en 2008, d’importantes manifestations populaires, surnommées les « émeutes de la faim ».

Très affecté et critiqué après le séisme de 2010, il s’était vu reprocher par les Haïtiens sa volonté d’imposer le candidat de son parti pour sa succession en octobre 2010, ce qui avait provoqué, dans la capitale d’importantes manifestations de partisans de Michel Martelly.

C’est à ce dernier que René Préval a finalement passé l’écharpe présidentielle en mai 2011.
Très discret et sortant rarement en public, René Préval n’en est pas moins resté une personnalité politique incontournable du pays.

Durant l’interminable crise électorale de 2015 et 2016 et même jusqu’au jour de sa mort, politiciens et diplomates se rendaient régulièrement à son domicile, sur les hauteurs de la capitale, pour prendre conseil.

Source de référence Le Monde.fr
Post a Comment