Sunday, October 30, 2016

A 11 jours du scrutin, le FBI s'invite de nouveau dans la campagne présidentielle américaine.

Les deux candidats à la présidentielle américaine
On a jamais vu de campagne électorale américaine aussi riche en revirements et en rebondissements retentissants depuis probablement bien longtemps. C'est la campagne électorale aussi où les coups bas sont les plus féroces et où les candidats s'invectivent grossièrement et cavalièrement l'un contre l'autre. Le dernier coup d'éclat d'hier est un coup de génie. Il est fort certain que ce coup ne soit pas réalisé pour profiter quoi que ce soit au candidat Trump. Car son cas est déjà bien scellé.

La bataille présidentielle pour les républicains est perdue. Même si Trump continue à gesticuler en haranguant ses partisans, les stratèges républicains sont déjà rendus à l'évidence qu'il faut sauver le sénat et la chambre des représentants. La lutte se passe désormais au dessus de la tête de Trump et est prise en main par le parti qui veut coute que coute sauver les meubles. C'est pourquoi, il n'est pas étonnant d'assister en toute fin de cette campagne à un déploiement extraordinaire d'artillerie lourde avec accompagnement de forces de pressions, de tordages de bras dans le simple but de sauver les meubles, c' est à dire pour les républicains de conserver au moins intact le rapport de force avec la prise du congrès.

TRIBUNE DE LIBRE OPINION
JM 



A 11 jours du scrutin, le FBI s'invite de nouveau dans la campagne présidentielle américaine. C'est le retour du scandale des emails envoyés par Hillary Clinton, alors secrétaire d'Etat, depuis sa messagerie personnelle, au lieu d'utiliser la messagerie sécurisée du gouvernement.

Les dix derniers jours de la campagne présidentielle américaine se sont engagés samedi sur une nouvelle surprise: le retour du scandale de la messagerie personnelle d'Hillary Clinton, placée sur la défensive après la découverte d'emails mystérieux par le FBI.

Donald Trump, le candidat républicain qui semblait se diriger vers une défaite le 8 novembre, a saisi l'aubaine pour assurer à ses partisans que la Maison Blanche n'était pas perdue. Il a redonné un nouveau sens au thème de sa fin de campagne: la "corruption" supposée et les problèmes éthiques de sa rivale.
"L'enquête est le plus grand scandale politique depuis le Watergate, et tout le monde espère que justice sera enfin rendue", a affirmé le milliardaire lors d'un meeting à Cedar Rapids, dans l'Iowa, vendredi soir.

La candidate démocrate mène nettement dans les sondages, alors que le vote a déjà commencé dans 34 des 50 Etats et que plus de 18 millions d'Américains ont déjà voté de façon anticipée.

Une surprise pour la dernière ligne droite de la campagne 
James Comey, directeur du FBI
Le rebondissement s'est produit en milieu de journée ce vendredi, et complique la suite de la campagne, que les démocrates entendaient consacrer à une grande opération de mobilisation, après une saison électorale éprouvante. Le point d'orgue du week-end devait être un grand concert avec Jennifer Lopez à Miami samedi, en présence d'Hillary Clinton.

Le directeur du FBI, James Comey, a informé par courrier des élus du Congrès, contrôlé par les républicains, que de nouveaux messages, potentiellement "pertinents", avaient été découverts dans une enquête distincte des investigations closes en juillet dernier sur les messages de l'ancienne chef de la diplomatie.

Des milliers de nouveaux messages découverts 
A l'époque, James Comey avait conclu à l'absence de volonté délictueuse d'Hillary Clinton lorsqu'elle avait délibérément choisi de communiquer avec une messagerie personnelle, de 2009 à 2013, au lieu d'un compte gouvernemental sécurisé. Il avait recommandé de ne pas la poursuivre, ce que les procureurs fédéraux avaient accepté.

Les milliers de nouveaux messages, dont le contenu reste un mystère entier, ont été découverts par le FBI, selon NBC, sur un ordinateur portable d'Huma Abedin, proche d'Hillary Clinton et membre de son cabinet au département d'Etat, et de son mari Anthony Weiner, dont elle est séparée depuis août et qui fait l'objet d'une enquête distincte pour l'envoi de messages à caractère sexuel à une mineure.

Donald Trump sera en meeting samedi dans le Colorado, l'Arizona et le Nevada.

Le FBI critiqué, Clinton sûre d'elle
Les démocrates ont dénoncé le geste de James Comey, à un moment si proche de l'élection, et l'ont appelé à en dire plus, afin de mettre un terme aux rumeurs sur le contenu des messages découverts.

"Je suis certaine, quels qu'ils soient, qu'ils ne changeront pas la conclusion de juillet", a déclaré Hillary Clinton en fin de journée lors d'un court point presse à Des Moines, dans l'Iowa, en s'en prenant directement au Bureau fédéral d'investigation (FBI).

"Il est impératif que le Bureau explique l'affaire en question, quelle qu'elle soit, et sans délai", a tonné la candidate.

Mais l'ampleur du travail pour étudier des milliers de messages rend peu probable que le FBI parvienne à de nouvelles conclusions d'ici au 8 novembre.

Le camp Trump se réjouit
Les réactions ont plu d'un bord à l'autre de l'échiquier politique.
Le camp Clinton martelait un même message: le FBI doit s'expliquer sur la grenade qu'il a lui-même dégoupillée.

Des alliés sous-entendaient que James Comey, qui avait été très critiqué par Donald Trump pour avoir recommandé d'épargner Hillary Clinton, cherchait à se couvrir afin qu'on ne lui reproche pas d'avoir caché ces nouveaux développements dans un dossier si sensible.

Les républicains, eux, ont relancé leurs attaques contre le comportement d'Hillary Clinton, accusée d'avoir risqué d'exposer des secrets d'Etat à de potentiels pirates informatiques, au nom de son confort ou de son désir de protéger ses communications, au mépris des consignes de sécurité.

"La corruption d'Hillary Clinton atteint une ampleur sans précédent", avait déclaré Donald Trump vendredi dans un autre meeting. Et sa directrice de campagne, Kellyanne Conway, a également appelé le FBI à faire toute la lumière sur ce nouveau volet d'une enquête décidément interminable.

Sources : Tribune Libre Opinion, BFMNews

Post a Comment