Monday, May 18, 2015

Le Drapeau et un Complot pour LE DRAPEAU...

Le Drapeau Bleu et Rouge, communément appelé le Bicolore Haïtien, pour Qui flotte-t-il dans l’azur d’Haïti, il est l’étendard de quelle armée et protège quel citoyen, le symbole et avant-garde de quelle pensée ou de quelle idéologie, le symbole d’unité de quelle patrie et de cohésion pour quelle catégorie sociale ?

Aujourd'hui, quelle est sa signification réelle?
Du temps de notre enfance, les plus grands plébiscitaires du drapeau et d’Haïti faisaient croire et, fusse ce que il a été: Ce symbole de rassemblement, cet instrument d'intégration et de mobilité sociale, du moins le drapeau devrait être le socle de notre souveraineté de peuple : Une souveraineté politique, une souveraineté aussi économique. Mais une souveraineté surtout institutionnelle. Une souveraineté institutionnelle qui comme les autres sociétés vénérées ou estimées policées par nos dirigeants devraient être marquée par des institutions publiques dont le « primum vivere » est un Droit, un Droit fondamental et non un privilège au plus simple des citoyens, qu’il soit des villes ou des mornes.

Malheureusement, le Bicolore dont je parle est celui qui comme la fête des mères est vénéré tous les 18 du 5e mois de chaque année et ensuite c'est comme dit la chanson: On s'en fout!
On s’en fout que le Bicolore soit délavé, on s’en fout que le Drapeau soit déchiré ou tantôt brule vifs, on s’en fout que le Bleu et le Rouge soit violé ou même la risée aux yeux des autres voisins de la zone, mais le pire de notre insouciance et , ce qui est d’une cruauté sans précédent, nos propres fils, dans notre propre sein déclarent la guerre la guerre à leur propre pays, scandalisent et banalisent le Drapeau du peuple Haïtien, Mais, on s’en fout PI RED….

Le drapeau dont je parle, faisait de nous ce peuple de lecture et d'écriture aux yeux des autres. Sous ce drapeau nous étions considérés non pas comme un peuple a la diplomatie de business ou de compradores attachés à la table des vautours séculaires d’Haïti, mais plutôt une diplomatie savante et militante des droits et libertés des peuples qualifiés du Nord et traites en Sud. Plutôt aujourd'hui, souffrant du syndrome de l'amnésie historique, pousse les élites des élites vers un apprentissage et enseignement de l'ignorance, du facilitatisme et de l'auto-deshumanisation des Uns et des Autres. Notre université jadis avant-gardiste des discours et actions populistes semblent s'enliser et descendre au nom du bicolore dans l'abime Hollandais qui sous base de réparation quelconque nous numériserait le cerveau d'abord tandis que le minimum d'infrastructure physique de campus n'est même pas à l'aube de notre crépuscule politique ou électoraliste.

Comme pour paraphraser le Lieutenant Jacquitte, le drapeau, qu'il soit dessiné dans une toile unique, qu'il soit fait de bandes cousues ensemble, l'esthétique importe peu, mais le bicolore Haïtien doit nous rappeler notre engagement de peuple face à ces oppresseurs et notre lutte contre la déshumanisation et le clivage du noir et du blanc pour un monde juste et équilibre, un monde ou l'effectivité des droits sont réels, constitutifs des prérogatives de l'Etat et non des privilèges de castes ou de couleurs selon qu'on soit Petionniste ou Dessaliniste.
Qui est fier de parler du Drapeau et fier de l’aimer ?
Aujourd'hui, ce bicolore est souillé, vilipendé par les querelles intestines d'hommes se déclarant leaders à la recherche d'une actualisation de soi dont le « primum vivere » se prête à discussion. Car, Comment pouvez-vous être vertueux et être réellement au service de cela que vous prétendez diriger quand de votre existentiel vous ne dépassez? La torture et la désacralisation du Bleu et du Rouge Haïtien continue sa décente dans les abysses de la déchéance de la décence politique quand des frères tantôt siamois laisse trainer la fierté d'Haïti dans la risée de leur petitesse républicaine d’élite qui ne peut vraiment se transcender pour porter un projet pays. La dignité du Bicolore continue sa descente dans les gouffres de l'incertitude quand des familles et des partis tantôt connu de même rang de vision et de discours ne comprennent l'effort et le sacrifice de l'union de l'Archaie au profit de la grande majorité exclue et déshérité. Mais, Dommage que ces larrons et Conzés sont les mêmes de 1806 et qui continuent de galvauder la vision de Dessalines par une pluralité de castes et perversement aliénant d'un peuple ayant besoin non plus d’un Messie populiste, mais d'hommes et de femmes d'actions sociales engagés en faveur d'Haïti. Cette désaffiliation sociale, cette incohérence politique et historique arrivent à son comble qu'ils n'ont pas compris la nécessité que les vaincus reconnaissent la portée de la vision universaliste de ce grand stratège et guerrier assassiné par eux-mêmes. Voilà pourquoi La Hollande ne s'y est pas agenouillé et pour l’histoire a failli tomber.
Un complot à travers le Drapeau pour Haïti

Le Drapeau a besoin d’un complot de tous les Haïtiens, qu’ils soient riches ou pauvres, qu’ils soient lettrés ou analphabètes, qu’ils soient des villes ou des mornes, femmes ou hommes, jeunes ou vieux. Ce complot doit nous aider à retracer notre avenir de peuple au concert des nations. Ce complot au nom du drapeau doit nous apprendre à vivre en frères et sœurs sur la terre léguée par les ancêtres….
Ce complot d’haïtiens au nom du bien-être collectif et du vivre ensemble doit permettre la promotion des Haïtiens et d’Haïti d’abord. Ce complot au nom du Drapeau doit permettre à l’Université de renaitre de ces gouffres et de ces aliénations souvent trop occidentalisées. Ce complot au nom du Drapeau et de la Jeunesse doit créer les opportunités d’emplois et de créations de richesses pour l’actualisation des jeunes de mon pays et des jeunes du monde. …

Ce complot au nom du Drapeau et au nom de la paysannerie, doit repenser le modèle d’agriculture que nous promouvons vers une agriculture actualisée des besoins de protection de notre environnement moribond et des vrais besoins des exploitants agricoles, une agriculture suffisante à satisfaire les besoins des familles, les besoins du marchés et ceux de l’exportation. Donc, une agriculture créatrice de richesses et d’opportunités pour tous. …

Nous avons besoins d’un complot au nom du Drapeau contre les apatrides et les Conzés internes et externes. Nous avons besoin de ce même complot au nom du Drapeau pour réclamer la Paix sur l’Ile Quisqueya et pour faire un front haïtiens contre les déportations massives des milliers de Dominicains d’origines Haïtiennes menacées d’être jetés sur les frontières haïtiennes cette année…
Nous avons besoin d’un complot au nom du Drapeau contre la division, un complot au nom drapeau contre la haine et la trahison, un complot contre le déchirement social et l’ambition malsaine pour un médicament d’amour et d’entraide, un complot ou le problème paw se problème pam. Un complot contre l’hypocrisie entre haïtien. Yon konplo kote lè 2 Haitiens kwaze nan yon pays etranger pou l pa kouri pale angle ou franse ou panyol jis pou lòt pa konnen se Ayisyen li ye pou li pa mande l sèvis.
Nous avons besoin d’un complot au nom du drapeau pour préserver les richesses qui nous restent sinon avoir les bons accords d’exploitations au profit des intérêts gagnants d’Haïti et du peuple haïtien.

Pour le Drapeau et pour le complot d’union entre tous les Haïtiens dans la Paix, à travers un Contrat d’engagement pour le développement solidaire, dans une perspective d’une Haïti Tou Nef.


Par: Desauguste Ghemps ghedsfans@yahoo.fr 
Téléphones: 3678-7885 / 3926-0797

Post a Comment