Saturday, April 9, 2016

Interdiction de départ contre Olivier Martelly, Wilson Laleau, Fritz Mevs

Olivier Martelly
« Oui, je confirme que Olivier Martelly, Wilson Laleau, Fritz Mevs, Alix Célestin, Marc Antoine Acra, entre autres, font l’objet d’une interdiction de départ », a confié à Le Nouvelliste le commissaire du gouvernement de Port-au-Prince joint au téléphone vendredi soir. Selon Me Danton Léger, il dispose des documents qui laisseraient croire que la gestion du fils aîné de l’ex-président Michel Martelly dans la construction des parcs sportifs n’est pas « claire ».

« La gestion des fonds pour la construction des parcs sportifs n’est pas claire » et c’est Olivier Martelly qui gérait ces constructions. Pour avoir des explications sur ce dossier, le commissaire du gouvernement de la capitale décide de mettre le fils aîné de l’ex-chef de l’Etat Michel Martelly à la disposition de la justice en lui interdisant de quitter le pays. Me Danton Léger a fait savoir au Nouvelliste qu’il entendait avoir des explications sur la gestion de ces fonds.

Me Danton Léger
Il n'y a aucune invitation pour Olivier Martelly de se présenter au parquet de Port-au-Prince. Mais, selon Me Danton Léger, il peut venir s’expliquer en prenant un rendez-vous comme l’a fait Alix Célestin, directeur général de l’APN. Après audition, a-t-il dit, s’il prouve qu’il n’est pas impliqué dans une mauvaise gestion de ces fonds, l’interdiction de départ sera levée…

Contacté par Le Nouvelliste, Me Grégory Mayard-Paul, l’avocat de la famille Martelly, a indiqué au journal qu’il n’était pas au courant de cette décision du parquet de Port-au-Prince contre Olivier Martelly. « Il n’y a ni condamnation, ni plainte, ni texte de loi » qui l’autorise à prendre cette décision, a-t-il dénoncé.

Fritz Mevs
Dans une interview accordée au Nouvelliste le 31 août 2012, Olivier Martelly a déclaré à ce sujet, nous citons : « Nous n'avons pas de fonds à notre disposition. Quand il s’agit de financement, le ministère de la Planification gère la construction des terrains et le ministère à la Jeunesse et aux Sports s’occupe des activités de camps d’été. Moi, je ne fais que des propositions ». Il répondait à ce moment aux accusations de Me Newton St-Juste.

Gressier, Verrettes, Thomonde, Jérémie, Cayes- Jacmel, Saint-Louis-du-Sud, Milot, Sainte-Thérèse, toutes ces communes ont déjà leur terrain de jeu ou elles vont l’avoir avant la fin de l’année (2012) selon Olivier Martelly. Ce dernier a été nommé coordonnateur de la Commission d’appui à la coordination des infrastructures de sport et d’accompagnement de la jeunesse haïtienne (CACISAJH) dans Le Moniteur numéro 94 du 15 juin 2012.


Wilson Laleau, ancien ministre des
finances et de l'économie.             
L’ancien ministre de l’Economie et des Finances, Wilson Laleau, sous l’administration Martelly; l’actuel directeur général de l’APN, Alix Célestin ; l’homme d’affaires Marc Antoine Acra ; Fritz Mevs, entre autres, font également l’objet d’une interdiction de départ, a confirmé au Nouvelliste le commissaire du gouvernement de Port-au-Prince, Me Danton Léger.

« Alix Célestin avait comparu ce matin (vendredi) au parquet », a fait savoir au journal le commissaire du gouvernement. Selon lui, le directeur général de l’APN lui a présenté des documents prouvant que le contrat dont il est reproché d’avoir mal géré avait été signé par l’ancien DG de l’APN Jean Evans Charles. « Donc, il y a une possibilité que j’enlève son interdiction de départ », a annoncé Me Danton Léger.
Pour sa part, Marc Antoine Acra a fait, vendredi, une action en référé et le dossier est au parquet pour réquisitoire définitif et il y a de nouvelles données, a indiqué Me Léger.

S’agissant de l’ancien ministre Wilson Laleau, son dossier est toujours à l’étude. Mais en attendant, le chef du parquet de Port-au-Prince a évoqué des disparitions de documents et beaucoup de confusions…

Roro Nelson
Pour le nouvel homme fort du parquet de Port-au-Prince, les personnalités frappées d’interdiction de départ peuvent toujours venir s’expliquer au parquet.

Par ailleurs, le bras droit de l’ancien président Martelly, Roro Nelson, quant à lui, fait l’objet d’un mandat de comparution pour spoliation. Son dossier sera classé sans suite ou envoyé au cabinet d’instruction dépendamment de ses arguments lors de son audition par le commissaire du gouvernement.

« J’aimerais en profiter pour dire au Nouvelliste qu’il n’y a aucune persécution », a rassuré le commissaire du gouvernement, soulignant qu’il veut garantir que des gens ont des explications à donner à la justice soient disponibles dans le pays. 

Source : Le Nouvelliste


Post a Comment