Friday, August 4, 2017

Les réfugiés du TPS: présence solidaire du Canada


Les réfugiés du TPS, en majorité des Haïtiens, qui ont investi la frontière américano-canadienne, en quête d’asile dans le pays voisin, sont favorablement recus à Montréal , dans plusieurs sites d’hébergement. Le maire de cette ville francophone du Québec, M. Denis Coderre, n’a pas mâché ses mots sur les réseaux sociaux pour dénoncer les «menaces à peine voilées du locataire de la Maison Blanche», à l’encontre de ces nombreux réfugiés, arrivés par centaines sur l’ile de Montréal.

Famille en visite aux réfugiés
Plusieurs sites d’hébergement gérés par le Centre des réfugiés PRAIDA-YMCA, étant pleins à craquer, rapporte le porte-parole de la Régie des installations olympiques, M. Cédric Essiminy (photo ci-dessus), l’administration du Stade a ouvert ses portes à un premier groupe de 150 réfugiés, en attendant d’atteindre le nombre de 400, en rapport avec la capacité de l’espace prévu à cet effet. Toute la coordination de cette opération est assurée par la Croix Rouge Canadienne et le Centre intégré universitaire de santé et des services sociaux du Centre-Sud de l’Ile de Montréal. Selon le président national du Syndicat des douanes et de l’immigration canadienne, M. Jean-Pierre Fortin, pour la seule journée du mardi 1er août 2017, environ 500 réfugiés ont été répertoriés et accueillis à la frontière de Lacolle. Dans une déclaration faite au journal Métro de Montréal, il dit ne pas être surpris que le Stade olympique soit converti en centre de réfugiés.

Contrairement à d’autres pays, le Canada traite honorablement les réfugiés qui frappent à sa porte, car s’adressant à Harold Isaac de Radio-Télé Quisqueya et moi du Quotidien Le National , le porte-parole de la Régie des installations olympiques, M. Cédric Essiminy, nous a fait savoir qu’ils sont « bien logés et nourris, et ils pourront trouver un logement plus durable et voir leur situation se régulariser avec l’aide des services sociaux». Fait remarquable, c’est qu’ils ne sont pas exposés à la curiosité publique; il faut coûte que coûte passer par le service de communication pour s’enquérir de tout type d’information les concernant. Ils ne seront pas vus en masse par la presse à sensation. En attendant d’obtenir de plus amples informations auprès des personnalités, telles que Mme Emmanuelle Pacciullo, une des responsables du programme d’hébergement, ainsi que la ministre de l’Immigration, Mme Kathleen Weil, nous avons déjà l’assurance que les différentes demandes d’asile seront reçues avec tout le respect du à l’etre humain.

Mérès M. Weche
Post a Comment