Tuesday, March 15, 2016

Paulette Poujol Oriol, l'une des grandes figures du mouvement fémininiste haïtien est morte

image
Paulette Poujol Oriol 
L'écrivain Paulette Poujol Oriol est décédée ce vendredi vers 13 h 30 en sa résidence à Port-au-Prince, des suites d'une crise cardiaque. Elle s'est éteinte douze jours après s'être fait soigner en République dominicaine. Née en 1926 à Port-au-Prince, elle aurait eu 85 ans en mai. 
Paulette Poujol Oriol a laissé une importante oeuvre littéraire. Elle a signé de nombreuses mises en scène. Parmi ses oeuvres littéraires figurent : « Le Creuset » (son premier roman qui lui a valu, en 1980, le Prix Henri Deschamps ; « La Fleur rouge » pour lequel elle a reçu le Prix de la meilleure nouvelle, décerné par RFI-Le Monde. Paulette Poujol Oriol a publié de nombreux articles, la plupart étant consacrés à la littérature. Son oeuvre décrit la société haïtienne, ses tares, ses us et coutumes, ses préjugés ainsi que le malheur d'Haïti. Le créole et le français se marient, se mélangent dans certaines des oeuvres de l'écrivain, comme en témoigne « La fleur rouge ». 
Metteur en scène, comédienne, Paulette Poujol Oriol a mis en scène plusieurs pièces de théâtre. Elle a fondé le Piccolo Teatro. Elle y a enseigné l'art dramatique notamment à des enfants, ce jusqu'aux derniers jours de sa vie. Elle a dirigé la section théâtre de l'École nationale des arts de 1983 à 1991. 
Paulette Poujol Oriol a été une des grandes figures du mouvement féministe haïtien. Elle a milité pendant plus de cinquante ans au sein de plusieurs associations, dont la Ligue féminine d'action sociale qu'elle a dirigée depuis 1997.
Le cinéaste Arnold Antonin a consacré un documentaire à six femmes haïtiennes, qui s'intitule « Six femmes haïtiennes exceptionnelles ». Paulette Poujol Oriol est de ces femmes en compagnie de Viviane Gauthier, Micheline Laudun Denis, Odette Roy Fombrun, Madeleine Desrosiers et Emerante De Pradines. Dans ce film, le public a retrouvé une Paulette Poujol Oriol pleine de vitalité, souriante, une romancière et une femme de théâtre très talentueuse. 
Des personnalités qui ont assisté au documentaire ont salué avec émotion le départ de Paulette Poujol Oriol. Marise Jean Louis ne veut pas croire à cette disparition. « Paulette fait partie de ceux qui ne meurent pas. Elle restera vivante dans le coeur des Haïtiens pour lesquels elle demeure un modèle », déclare l'ex animatrice d' « Objectif », une émission culturelle qui était diffusée chaque dimanche sur Télémax. 
Lécrivain et éducatrice, Odette Roy Fombrun, garde ces souvenirs de son amie écrivain : « Paulette était une blagueuse et une personne joviale, active, vivante, exceptionnelle. C'est une grande perte de a littérature haïtienne.» 
Cet écrivain laisse des traces indélébiles dans l'histoire des lettres haïtiennes et dans l'éducation. « La perte de Paulette est irremplaçable. La force de Paulette, le rôle qu'elle a joué dans l'éducation sont extraordinaires. Le film d'Arnold Antonin l'a restituée, dans toute sa dimension d'enseignante, d'intellectuelle », pense la galeriste et critique d'art Mireille Pérodin Jérôme. 
La mort de Paulette Poujol Oriol a été brusque, inattendue pour la grande pianiste classique Micheline Laudun Denis : « je ne m'attendais à ça, c'est une très mauvaise surprise. » 
Figure marquante des lettres haïtiennes, Paulette Poujol Oriol a laissé des oeuvres inachevées. Selon le cinéaste Arnold Antonin, « elle avait quatorze oeuvres en chantier ». « Des oeuvres de théâtre, des romans, des nouvelles dont je ne me rappelle les titres, car maman avait un tas de projet. A son âge, elle continuait d'écrire », a révélé son fils, le Dr Georges Michel. Elle travaillait en effet sur le projet d'une vaste anthologie sur les femmes haïtiennes. Cet ouvrage devait être réalisé en collaboration avec l'écrivain Kettly Mars. 
Romancière, metteur en scène, comédienne, Paulette Poujol Oriol est considérée comme l'une des figures majeures des lettres haïtiennes. C'est une perte pour le monde littéraire.

Chenald Augustin
caugustin@lenouvelliste.com

Source: Le Nouvelliste
Post a Comment