Tuesday, May 29, 2007

Hommage posthume à un grand disparu: François Latour

05-29-07

Les artistes, les intellectuels et la communauté des médias sont fortement secoués, suite à la disparition du célèbre comédien et publicitaire haitien exécuté peu après son enlèvement le mardi 22 Mai 2007.

RADIO HAITI CONNEXION EN DIRECT

François Latour  dans "l'homme sur les quais" de Raoul Peck (1993)

La nouvelle de la mort de François Latour n'a pas été seulement une surprise pour tous, mais surtout un coup de trop", a affirmé le célébrant principal du service funéraire en mémoire de François Latour, le père Woultz Lubin.

On se souviendra pendant longtemps de sa brillante prestation dans le rôle de Polidor, aux coté de Roland Dorfeuille dans (Pelin tet) de Franck Etienne dans les années 70". François Latour a également brillé dans d'autres pièces de théâtre comme "Trou Foban" et "Bouqui nan paradi" dans "Map palé nèt" de Raphaël Stines et dans "l'homme sur les quais de Raoul Peck".

Autre création dramatique de Frankétienne, "Caligula" d'Albert Camus, "Bouki Nan Paradi" de Franck Foucher ont également rendu à François Latour toute sa dimension de monstre sacré des planches avant son retrait définitif de la scène. Sa dernière grande expérience théâtrale devait être "Lamiral", une pièce de Syto Cavé qu'il représenta magistralement aux côtés d'un autre géant, feu Hervé Denis. Deux aventures cinématographiques sont également à retenir, M ap Pale Nèt de Raphaël Stines dont il partagea l'affiche avec la jeune Jessie Alphonse et surtout L'homme sur les quais du réalisateur haïtien de renommée internationale Raoul Peck. Aux côtés de la célèbre chanteuse Toto Bissainthe,François interpréta le premier rôle masculin de cette rare œuvre hyperréaliste consacrée aux années de plomb de la dictature des Duvalier. Avec la tonalité particulière de sa voix et son phrasé très expressif et plein d'esprit, François Latour participa également à une réalisation discographique importante. Le diseur qu'il était offrait au public une autre lecture des écrits poétiques d'auteurs comme René Philoctête et Anthony Phelps.

En cette pénible circonstance Radio Haiti Connexion renouvelle  l'expression de ses sympathies aux parents et amis de ce grand célèbre metteur en scène, acteur, diseur, homme de radio et publicitaire haïtien et vous invite à entendre un hommage posthume de Raoul Peck , un extrait sonore lu sur les ondes de RHC ainsi que l'audio du texte envoyé à la Presse par Ady JeanGardy qui soulève des interrogations sur l'origine de ce acte barbare.

Fauché dans sa soixante-quatrième année, l'illustre comédien, humoriste et défenseur de la cause démocratique haïtienne avait été inhumé samedi 26 Mai dernier dans la plus stricte intimité en présence de sa famille et de quelques amis.

Le cinéaste haïtien Raoul Peck dédie à l'artiste assassiné un poème intitulé :

Les lâches

See next file  Poème de Raoul Peck dédié à Francois Latour (Audio)

See next file Réactions suite à l'assassinat de François Latour (Audio)

Les lâches ont encore frappé. Encore une fois ils ont frappé un poète. Après Jacques, François. Après le crime politique, la vulgarité d'une rançon.

Une balle dans le ventre a t'on rapporté. Acte lâche. Acte imbécile. Acte futile. La mort contre de l'argent.

François n'a pas eu froid aux yeux. Je le sais. François les a regardés droit dans les yeux. C'est sûr. Car François lui, il détestait la lâcheté. Il détestait les abus, la trahison, et plus que tout, la bêtise.

Ils lui ont tiré dans le ventre, a t'on rapporté. François, c'est sûr, ne leur a pas laissé le choix de lui tirer dans le dos.

Cette débâcle macabre, qui continue. Des rats en fuite, mais cela ne suffit toujours pas assurément.

Il est trop tard pour François et pour beaucoup d'autres. Tant d'irresponsables passés à la tête de ce pays. Ils portent sur leur conscience muette, la mort de François et de tous les autres, connus et inconnus, riches ou pauvres, haïtiens ou étrangers, sacrifiés à la bête. Héritage politique mortel. Sinistre récolte sans fin.

Les lâches ont encore frappé. Ils ont tué François.

Avec lui disparait toute une génération d'artistes et d'haïtiens droits et "vanyan". Nous perdons un homme sans compromis. Un intègre, qui avait réussi à survivre, rongé, torturé, les sentiments à fleur de peau.

Un acteur inégalable, si rarement utilisé, trop grand pour notre pays qui n'a su qu'en faire. Un homme, souvent déçu et blessé, fuyant amateurisme, médiocrité, et plus que tout la « malveillance ». Un homme grand, droit, sincère, entier, modeste, drôle, généreux. Un homme seul aussi, sans place pour ceux comme lui.

Voici le cercle bouclé. Les lâches l'ont achevé. Puisqu'il ne servait à rien dans leur plan de destruction acharné et aveugle. Tout juste pour un morceau de rançon. 100.000 $ pour la vie d'un ami cher. Chiffre ridicule pour la vie d'un être unique et précieux. Mais chiffre obscène surtout, révélant le prix inverse des cerveaux malades et vils des mécréants assassins, qui ont abattu le poète.

Mais poète, Nous ne laisserons pas ta mort sans justice ! Comme pour tous les autres. Un jour nous saurons les noms de tes meurtriers. Les lâches ne gagnent jamais dans la longue histoire des peuples.

À très bientôt donc poète. Nous te saluons. Nous te suivons. Poète nous t'aimons.

Honneur à toi Poète. Et respect.

C'est pour la vie. La mort n'y changera rien.

Raoul Peck 23 Mai 2007

par: Herve Gilbert / Radio Haiti Connexion

Par : Herve Gilbert hergil55@aol.com
Post a Comment